Back to All Events

HSIA-FEI CHANG - Centre Culturel de Taïwan, EP7, Paris


  • EP7 133 Avenue de France Paris, Île-de-France, 75013 France (map)

Reality Factory

Organisé par le Centre Culturel de Taïwan
Vernissage le mardi 18 septembre à 19h30

Par réalité, il faut comprendre l'environnement réel, c’est-à-dire le monde tel qu’il se présente sous son aspect premier. Forts de leur pouvoir d'influence, gouvernements et médias  sont aujourd’hui en mesure de forger la conscience collective des masses et de la manipuler graduellement dans leur propre intérêt. Les progrès accomplis depuis de longues années et les récentes avancées dans la fabrication des appareils de réalité virtuelle ont permis à celle-ci de se banaliser et les possibilités qu'elle pourra offrir dans le futur ouvrent un vaste champ à l'imagination. La production de réalité virtuelle diffère toutefois de l'action des médias en ceci qu'elle crée une fausse réalité alors que les médias faussent la réalité. Et pour nous, qui sommes coincés entre les deux, il devient souvent très difficile de distinguer le réel du virtuel.
Pour la présente exposition, nous avons demandé à l'artiste nouveaux médias taïwanais Hsin-Chien Huang de présenter La Camera Inssabiata, œuvre de VR réalisée avec l'artiste Laurie Anderson et couronnée du Grand Prix de la Meilleure Œuvre expérimentale à la Nostra de Venise pour l'originalité du monde virtuel tout imprégné de philosophie extrėme-orientale qu'elle crée. Avec EP7, 1, 2, œuvre de Ya-Lun Tao, les visiteurs chausseront des lunettes de VR qui, une fois qu’ils seront montés sur une plateforme spécialement construite à cet effet, leur donneront l'illusion qu'un espace infini se déploie devant eux. La Music Machine de Jinyao Lin, par le biais du flot ininterrompu de musique produit par la machine suscite l'impression d'une technologie froide et sans âme qui investit la sensibilité des humains ; en même temps, elle persifle la consommation effrénée qui est faite du travail artistique. Corps raccord est l’œuvre conjointe de l'artiste taïwanais Chia-chi Chiang et du jeune artiste français d'art numérique Raphaël Isdant. Grâce à un dispositif qui met l'installation sous tension par contact corporel avant de déclencher la combinaison de divers mots clés aux effets contrastés, l’œuvre cherche à recréer les émotions exprimées par les tweets circulant sur le net. Avec Soft You, Hsia-Fei Chang analyse la façon dont les masses de données des informations véhiculées sur Facebook permettent à l'État de mettre en place un instrument de contrôle.
L'inauguration de l'exposition sera marquée par deux performances, l’une de Shihya Peng, danseuse taïwanaise qui poursuit sa formation en France, la seconde de l'ensemble français d'art sonore CHDH.