Back to All Events

DELPHINE COINDET - Espace Bellevue, Biarritz


Biarritz, 1918 & 2018

Eté 1918, Pablo Picasso peint Les Baigneuses à Biarritz dans La Mimoseraie, villa de la collectionneuse Eugenia Errazuriz, où séjourneront également Blaise Cendrars et Igor Stravinski. Durant cet été dans la villa, il réalise aussi les Fresques de La Mimoseraie, plusieurs peintures et dessins, notamment les portraits des Rosenberg, de Mme Errazuriz et de Olga, jeune ballerine des Ballets Russes, qu’il vient d’épouser. Il correspond avec Guillaume Apollinaire et Max Jacob. Gabrielle Chanel a ouvert sa maison de couture en 1915 et entraîne à Biarritz ses amis : Serge de Diaghilev, Misia Sert, Jean Cocteau.

L’École Supérieure d’Art à Biarritz est créée en 2008. À l’origine de cette école, un artiste, Pascal Convert. Elle développe une formation innovante. C’est un laboratoire qui prépare à la compréhension des images du monde, tout en affirmant la nécessité d’accompagner les utopies, et donc de s’imposer comme un lieu de résistance. Les artistes invités sont les acteurs essentiels de cette formation. Depuis sa création, l’École a accueilli une centaine d’artistes, critiques, historiens, écrivains et philosophes dont beaucoup sont des figures majeures de la création et de la pensée aujourd’hui. 

En 2018, l’École devenue École Supérieure d’Art Pays Basque fête ses dix ans, et cet anniversaire coïncide avec le centenaire des Baigneuses de Pablo Picasso. Cette rencontre de l’histoire comme source de messages et de l’interrogation d’un présent en pleine turbulence comme matériau de réflexion, offre un terrain puissamment sensible et donc une possibilité de stimuler l’imaginaire d’un regard capable de relier les signes du temps. À cette occasion, il s’agit donc d’imaginer une exposition à la lumière de cette rencontre et de susciter un dialogue entre une ville et sa résonance culturelle, entre des œuvres choisies comme des points d’observation et de langage dans l’élargissement en constant mouvement instauré par la modernité.

Cette exposition se propose ainsi de composer une sorte de conversation plurielle entre la dimension historique et la charge émotive du célèbre tableau de Pablo Picasso, à travers œuvres, photographies et divers documents, et la diversité contemporaine représentée par une sélection d’œuvres d’artistes majeurs ayant participé à la formation singulière de l’École Supérieure d’Art Pays Basque. Elle ne prétend ni à l’exhaustivité ni à la continuité, mais se propose comme une sorte de course à obstacles, faites de pleins et de vides, de cassures et de relances, de proximités et de distances. Cette exposition cherche plutôt à s’inscrire dans l’allure tumultueuse, composite, engagée des grands poèmes de la modernité de Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Blaise Cendrars et Jean Cocteau, et provoque le choc de deux époques, deux situations qui s’affrontent, se bousculent et même se contredisent, tout en participant à une même avancée toujours en train d’allonger, de prolonger son cours.